Catherine Dolisi, psychologue à Metz : écoute et soutien / accompagnements et suivis / psychothérapies / conseil
 

Quelle est ma démarche ?

C'est à partir de la demande - ou motif de consultation - que je vais m'attacher à reconstituer l'histoire singulière de chacun, construite sur des faits objectifs mais aussi des vécus subjectifs.

Grâce à la parole du patient qui raconte dans un climat de confiance, je peux mieux comprendre la nature du mal-être.

Ce travail m’amène à repérer et comprendre le fonctionnement psychique du patient, à identifier avec lui les « mécanismes » plus ou moins conscients qu'il met en œuvre à ce moment de sa vie, et qui génère tel symptôme ou tel comportement.

Enfin, je  propose des réponses ou des perspectives qui m'amènent à définir avec le patient un objectif thérapeutique : suivi individuel ou familial poursuivi avec moi ou réorientation vers une autre prise en charge.

Pour quelle méthode ?

"Les relations avec le conflit, avec la vie, voilà ce que j'aimerais appeler psychologie clinique" écrivait Freud. Voilà une définition simple et dynamique  de la psychologie clinique, qui a avant tout à faire avec la vie, celle de tout un chacun.

Dans mon cabinet, je reçois des enfants, adolescents et adultes confrontés à des difficultés le plus souvent en lien avec ce qu’ils vivent au quotidien, dans leur environnement familial, scolaire, professionnel et social. Les problèmes sont alors vécus comme insurmontables ou bien difficilement gérables sans l’aide d’un tiers extérieur.

Dans mon travail je privilégie une « pratique de la relation », fondée sur l'écoute mais aussi sur l'instauration d'un dialogue avec le patient : il s’agit de l’entretien clinique, moment central du suivi qui répond à des exigences et règles précises.

L’entretien clinique peut être complété par des tests dont l'interprétation me sert à consolider la compréhension de la personne.

Mon travail s'appuie aussi sur des connaissances théoriques éprouvées qui modélisent le fonctionnement du psychisme humain. Il requiert une veille constante compte-tenu de l’avancée rapide des connaissances, suite aux travaux des chercheurs dans les différentes spécialités de la psychologie.

 Il s’inscrit dans le code de déontologie de la profession qui balise les conditions de son exercice et permet d'éviter les dérives.

Confidentialité : les éléments communiqués à des proches (conjoint, parents, par exemple) ne peuvent l'être sans le consentement du patient et ne le seront que parce qu'ils viendront consolider son accompagnement psychologique.